ART LIGHT 

IN MOTION

15 years of lighting product design

15 years of lighting’s 

conceptcars

LIGHT

Biographie


Pour Philippe Gourdon, ses premières approches de la lumière ont surgi durant son enfance, mais c'est en fréquentant des expositions d'art cinétique qu'il a réellement trouvé sa passion artistique. La conjugaison entre mouvement et lumière, pour graver la composante essentielle de son travail.


Ses premières découvertes l’ont été en tant que designer de produits d'éclairage, notamment en travaillant avec les premières ampoules halogènes, ce qui lui a valu de nombreuses récompenses, dont une nomination pour le Compasso d'Oro à Milan en 1990 et sa participation à l'exposition Mutant Materials au Museum of Modern Art de New York en 1995.


Par la suite, Philippe s’est rapproché du monde automobile en étant précurseur pour Citroën avec la toute première installation de leds digitales dans un concept car en 2002. Depuis il n'a cessé de perfectionner son savoir-faire et ses innovations pour des marques telles que Bmw, Peugeot, Hyundaï, Renault et Toyota.  Son  ambition  étant de transformer l’univers mécanique automobile en émotions visuelle de lumière matière.


Enfin c’est grâce à ses recherches singulière de la lumière en mouvement, fruit de son expertise accumulée au fil des années qu’il a commencé à réaliser ses premiers tableaux lumière pour transformer des visions ordinaires en sensations vibratoires. Son objectif est de remodeler de manière émotionnelle notre perception du mouvement par l’observation de lumière mélangée.


Ses œuvres, en mouvement controlé, évoluent entre des formes simples à des assemblages plus complexes pour simuler une méditation contemplative qui apaise le regard.


En repoussant constamment les limites de son art lumineux, Philippe Gourdon éclaire le chemin de l'obscurité à travers le rythme de ses compositions. Son œuvre incarne une fusion de lumière, de mouvement et de vibration, invitant le spectateur à plonger dans un univers multidimensionnel où la lumière devient une force vivante et éternelle.

Pourquoi la lumière ?


La passion de l’artiste Philippe Gourdon pour la lumière trouve ses racines dans son enfance lointaine. Un événement marquant ou une révélation inattendue ont éveillé en lui une émotion intense, qui s'est ancrée dans sa mémoire et ne l'a plus quitté.


Son jouet favori pendant son enfance était un train électrique, qu'il utilisait pour créer des tracés improbables et observer le déplacement de la lumière émanant de la locomotive miniature dans l'obscurité de sa chambre. Cette expérience a sans doute influencé de manière inconsciente sa sensibilité et sa créativité artistique pour la lumière.

Plus tard, la découverte des premières œuvres de Nicolas Schöffer et de Julio le Parc lui ont révélé le mouvement lumino-cinétique comme une évidence pour la suite de son travail artistique.


Expositions

 

2023: Galerie Marino: Exposition ligne à ligne (Paris)

2023: Galerie Metahaus: Exposition (in)matérial (Paris)

2023: Galerie Gérard Bertrand: Exposition Paradise (Narbonne)

2024: Galerie Marie-Robin: Exposition Abstraction (Paris)


CE DESIGNER PASSIONNÉ

DONNE UNE ÂME AUX AUTOS

EN LEUR CRÉANT UNE IDENTITÉ

LUMINEUSE


Par BERNARD JOO

Photo CHRISTOPHE MAOUT

PHILIPPE GOURDON

     VOITURE DE LUX

PROFIL

i à chaque idée appa

raît une nouvelle étincelle, alors Philippe Gourdon doit être à l'origine de la Voie lactée. Ce designer de la lumière, comme il se définit, invente et crée à toute vitesse.   En parler avec lui, c'est jouer avec 

un variateur  les idées fusent, le débit de parole augmente fortement. Considéré comme l'inventeur d'une profession nouvelle dans l'univers automobile, ce passionné est à la fois designer, ingénieur, décorateur, psychologue, et mixe ce mélange composite pour illuminer et modifier le monde.

CRAYON. Sa carrière de designer de lumière a débuté il y a quinze ans avec Citroën. Le plus difficile a été de convaincre les constructeurs, se souvient-il.

«Le milieu automobile est ambigu, traditionnellement très fermé, mais il s'est ouvert peu à peu. La preuve, ils ont mis dix ans à se rendre au salon de Milan. Moi, J'y vais depuis vingt ans. Maintenant, ils s'y déplacent pour communiquer et voir ce que font les autres.» A chaque lance.

ment de modèle, l'enjeu commercial est tel que le coup de crayon doit séduire au premier regard. De quoi paralyser plus d'un créatif. «Je suis passionné de photo et j'ai vu la naissance du numérique. Au début, il y avait des concepts de boitiers révolutionnaires. C'est terminé, ils ressemblent tous au vieux reflex, regrette-t-il. Les gens aiment les nouvelles technologies, mais ils veulent être Assurés. Pour les voitures, c'est peut-être l'explication du succès des Allemands, qui innovent en restant dans le même design.»

Ses airs de Professeur Nimbus sont trompeurs. Car derrière se cache un redoutable créateur. Philippe Gourdon est un alien dans le paysage automobile, une éponge qui absorbe les tendances. les météorites innovantes, et les resti-tue. Pas évident d'inventer une âme à une boite en tôle. On est proche d'une

expérience spirituelle. «Aujourd'hui, les

designers sont très jeunes et manquent parfois de culture. D'où une perte d'assu-rance. La preuve: ils en rajoutent. La complexité formelle des nouveautés vient de là. C'est facile de faire quelque chose, mais plus difficile de faire simple. Les Japonais sont bons pour ça. Il faut aussi saluer Volvo, leurs formes classiques sont très élégantes.» Le travail de la lumière apporte une dimension spatiale supplé mentaire. Il passe par le choix des for-mes, des matériaux, des couleurs, de l'ergonomie. «Ce n'est plus accessoire, c'est une obligation. Tout le monde y est sensible. Comme à la qualité du son.» Pour marier l'éclairage à l'utile et au bien-être, Philippe Gourdon s'est saisi de la lumière, l'a examinée, travaillée, ressentie, domestiquée. L'a rendue douce ou puissante. «Un éclairage élégant crée un sentiment de bien-être. Une lumière chaude et tamisée amène une sensation d'harmonie dans un véhicule. On s'y sent presque chez soi.»

Son rôle de designer industriel serait-il donc de répondre aux besoins tout en se distinguant de la concurrence par ses qualités d'innovation? Pas si simple. Il faut intégrer les tendances, les comportements des consommateurs et les innovations pour concevoir l’équipement futur


 La lumière est surtout devenue la signature visuelle, une image de mar-que. Dans l'obscurité, l'apparence caractéristique des phares doit être recon-naissable.«L'important est de se • démarquer. Le plaisir de la voiture ne veut plus dire grand-chose, reconnaît Gour-don. Il y a une telle pression que, finale-ment, 

il ne restera que le son et la lumière.

Les nouveaux moteurs, on doit faire avec...Il faut tout miser sur le bien-être et l'ergo-nomie.» Et d'illustrer son propos:«ll a fallu vingt ans pour mettre des accoudoirs

Une lumière chaude et tamiséé

amène une sensation

d’harmonie dans un véhicule.

On s’y sent presque chez soi.

Philippe Gourdon

entre les sièges et de la moquette épaisse dans les voitures !»

Aujourd'hui, l'éclairage LED est devenu la norme pour l'automobile. Voir et être vu. Avec, avant tout, un caractère esthétique identifiable par les autres usagers.

«On acommencé à travailler les formes. Au début, on m'appelait pour mettre en valeur un intérieur déjà ter-miné. Maintenant, on travaille ensemble en amont la lumière et la matière.»

Le rendez-vous préféré de

Philippe Gourdon reste le Light+Buil-ding de Frankfort, le plus grand salon de la lumière.

La mode de la personnalisation grandissante des véhicules fait que l'éclairage est un business d'avenir. Juste-ment, le futur, il le voit comme un mix entre lumière et matière, pour retrouver la magie visuelle perdue.

«Avec un constructeur, je prépare différents types de lumières pour chaque matériau. On est sur des notions immatérielles, comme la cha-leur, le toucher... Grâce au LED, on a une alliance idéale entre élégance et stimulation

CV Né à Paris en 1955, Philippe Gourdon a été formé au design et à

l’architecture d'intérieure à l'école Esag de Paris. Pendant dix ans, il exerce comme designer de produits d'éclairage.

A partir des années 2000, il collabore avec divers constructeurs autos. Il compte plus de quinze concept cars à son actif.

Son travail est exposé au centre

Pompidou, à Paris.

on invente des scénarios de lumière.»

Disséminés dans l'habitacle, ils apportent une touche de fraîcheur. Un éclairage LED froid agit ainsi sur votre humeur et permet de se sentir en forme.

Avec du LED chaud, l'ambiance est au confort et au luxe.


«LUMINOTHÉRAPIE». Pour Gourdon, la

lumière peut avoir des applications mé dicales. «La voiture est devenue frus-trante, la baisse de la vitesse et des motorisations en sont la cause. Imaginons que ° le temps qu'on passe sans notre véhicule régénère nos cellules. La luminothérapie, en termes de marketing, c'est quelque chose de puissant.»

Dernière innovation: l'éclairage Oled, qui sert à faire des écrans de télévision.

Parfait pour afficher des informations où l'on veut. Pour faire simple, les LED sont des points lumineux tandis que les Oled sont des lumières superficielles.

Prochaines étapes attendues par Philippe Gourdon : les pictoprojecteurs.

«Au lieu de projeter de la lumière, on projette des images à l'aide de microprismes et de LED.»

Et la diode laser, dix fois plus petite que la LED.

Lighting installation for

Bmw, Citroën, Hyundaï, Peugeot, Renault, Toyota, Valeo (2005/2015) 

Lighting products Designed by Philippe Gourdon (1995/2005)

Mail: gourdon@mac.com

Cel: + 33 (0) 6 80 62 21 02

12, rue N D de Nazareth

75003 Paris, France

@philippegourdon

 © Philippe Gourdon I Tous Droits Réservés 2020 - 2024

Ce site web utilise les cookies. Veuillez consulter notre politique de confidentialité pour plus de détails.

Refuser

OK